Nous utilisons des cookies pour l'analyse, de la publicité et l'améliorisation de notre site web. Pour plus d'informations veuillez consulter notre protection de données.
>
Harley LiveWire @ W&W

Harley LiveWire @ W&W

On se sent rarement comme des pionniers lorsqu’on roule sur des tracteurs de Milwaukee qui semblent tout droit sortis d’un musée, d’une décharge publique ou d’un magazine custom.

Alors autant dire qu’on était surexcités en recevant ce coup de fil de Francfort : “elle est là !” Elle, c’est cette LiveWire de chez Harley-Davidson, la première vraie moto électrique d’un vrai constructeur de motos. Une sacrée promesse de la part de ces messieurs de Milwaukee, dont on bricole les produits plus conventionnels et qu’on pilote sur les routes du monde entier depuis maintenant 40 ans. Et juste parce que la LiveWire est si profondément différente, comme si elle débarquait d’un univers parallèle à celui de nos chères vieilleries, on était tous surmotivés au point de passer commande dès que possible d’une de ces choses étranges.

On s’est donc installés dans le Magic Bus, en direction pour Francfort.

Arrivés à la concession Harley Factory,

on nous a annoncé qu’on était les premiers clients d’Allemagne à prendre possession de ce modèle. Même si ce n’est pas forcément vrai, on avait quand même ce sentiment d’être des pionniers et personne ne pourra nous en priver.

Après une courte discussion avec le boss de Harley Factory Thomas Trapp et une introduction tout aussi brève par son fils Eric au système de la bécane, avec son instrumentation semblable à un smartphone, on se rend sur le parking. Le premier des Wrecking Crew riders qui prend les commandes (après de sérieux conseils de notre part de ne pas en faire trop) était Chris. Ce qu’il a fait (ne pas en faire trop), mais malgré tout il a décollé comme s’il était propulsé par une catapulte de porte-avions. Pas de vrombissement, juste un discret sifflement et le bruit des pneus à plus grande vitesse. De retour, on constatait son énorme et incroyable sourire apparaître rapidement derrière le gros phare LED. Encore quelques tours sur le parking, mais le sourire ne le quittait pas. La Factory crew sortait de son atelier pour assister au spectacle, quelques clients étaient curieux et se joignaient à nous. Aucun d’entre eux n’avait vu la LiveWire en vrai auparavant.

Alors que le visage de Chris était des plus radieux, c’était un peu au tour de Thomas de se mettre en selle et de tester ces watts plein gaz. “Ça pousse de folie” était son commentaire à peine exagéré. On assistait ici à une accélération d’une autre planète, totalement silencieuse et presque effrayante. Qu’arrivera-t-il si quelqu’un débranche un jour tous ces gadgets électroniques qui assurent la stabilité ?

Le père Trapp nous disait que selon sa propre expérience, rien, absolument rien, ne peut suivre ou dépasser cet engin de fou. Il est pourtant un pilote expérimenté de véhicules vintage à 2 et 4 roues, du calibre des Mille Miglia et du Cannonball Run, mais ne peut cacher son admiration pour cette nouveauté. “Tu te sens comme si tu étais dans, non, SUR un avion de chasse !”Alors allons-y, chargeons cet… avion ? Cette moto ? Cet appareil ? Cet obus ? Cette batterie sur roues ? Chacun se fera sa propre idée. Et on démontera les quelques pièces démontables pour voir un peu leur potentiel de customisation. C’est notre job ça justement et on vous tiendra bien sûr au courant.