Nous utilisons des cookies pour l'analyse, de la publicité et l'améliorisation de notre site web. Pour plus d'informations veuillez consulter notre protection de données.
Home
>
Normandy Beach Race, Ouistreham, F
FRATERNITE! VELOCITE! DECIBELITE!

Normandy Beach Race, Ouistreham, F

Les citoyens de Ouistreham sont désormais bien habitués au bruit des blindés et des Jeep Willys qui roulent le long de leurs interminables plages, avec toutes les journées de commémorations et les célébrations du D-Day, dont le débarquement a eu lieu dans le coin, sur Sword Beach.

Mais pour changer un peu, c’était dernièrement une horde de paisibles hot rods et de motos anciennes qui prenait leur place pour cracher les habituels pratt-pratt et vroom-vroom Même notre bon vieux Paul avec son Knucklehead ’41 FL a fait de son mieux pour être à la hauteur de ces décibels.

On ne peut que se réjouir

que cette joyeuse bande d’organisateurs français a réussi à convaincre monsieur le Maire, d’autoriser cette course de véhicules classiques et vintage sur cette plage. Car pour cette première ils ont mis les petits plats dans les grands et ont assuré un vrai spectacle. Les véhicules éligibles devaient dater d’avant 1947 et les pilotes et le public étaient fortement encouragés à se fringuer de manière period correct, pour assurer l’ambiance authentique. Les inspecteurs en combinaisons vintage, les flag girls qui ne portent presque rien mais en style d’époque et même les pylônes à damiers qui assurent le look et font croire aux très nombreux spectateurs qu’ils ont fait un bond dans le temps.

Grand soleil sur la plage,

les dernières informations sont communiquées aux conducteurs et aux motards, repérage de la piste à 9 heures pétantes, avant de faire voltiger le sable. A tour de rôle, des paires de motos et d’autos se tapaient la bourre sur une distance d’un huitième de mile, se frayant un chemin dans le sable parfois sec et plein de bosses. Disons que cette plage n’est pas aussi ferme que celle de Daytona Beach ou de Rømø, ce qui oblige les pilotes à avoir beaucoup de doigté mais fait en même temps partie du spectacle. Une fois la ligne d’arrivée franchie, les véhicules rejoignaient de nouveau la ligne de départ pour se mettre dans la file d’attente, encore et encore, aussi souvent que possible.

La piste débordait d’activité

pendant toute la journée, à l’exception de l’indispensable pause déjeuner bien française. Les spectateurs passaient un moment formidable, les food trucks et les bistrots de la plage étaient à bloc et la saison semblait connaître son dernier gros week-end. A 17 h, le dernier drapeau à damiers tombait, pour conclure une fantastique journée ponctuée d’aucun accident. Chapeau! Du mode racing, tout le monde passait ensuite au mode fiesta et Ouistreham profitait de quelques très agréables heures de convivialité jusque dans la soirée.