Nous utilisons des cookies pour l'analyse, de la publicité et l'améliorisation de notre site web. Pour plus d'informations veuillez consulter notre protection de données.
>
Événements
>
POUR NAGEURS EXPÉRIMENTÉS

POUR NAGEURS EXPÉRIMENTÉS

Un visiteur aurait prétendu que le meeting du Born Free serait un océan de motos. Une bonne raison pour nous de vouloir nous immerger dans cette marée, la dixième du nom, qui a eu lieu dernièrement en Californie. Mais attention, on est rapidement submergés par les quantités effectives de machines, que ce soit sur le site du show à Oak Canyon Ranch, sur le parking public qui se trouve devant, dans les nombreuses manifestations qui ont lieu les soirs précédents… sans même parler des nuées de visiteurs qui se pressent comme des sardines.

Cette fois, nous avions formé une petite île

d’ingénierie européenne, ancrée devant notre tente remplie de composants mécaniques Cannonball pour gros Flatheads, Knuckleheads et Panheads. Et ces moteurs étaient aussi nombreux sur place que le sable sur la plage. Boulonnés dans les châssis de motos d’une beauté époustouflante, dont nous n’avons pu immortaliser de notre objectif qu’une infime quantité.

Les heures défilaient comme une brise fraîche

et déversaient sur le stand des flots de conversations. Durant les moments d’accalmie, on voguait avec curiosité à travers les masses humaines et au milieu des bécanes, assaillis ici et là par les échos du halfpipe où se produisaient les skateboarders.

On ne voyait plus l’horizon,

constamment bercé par cette étrange sensation d’avoir peut-être loupé la plus belle moto du week-end. Ce qui n’était pas le cas, puisque ce UL 1948 nous a tapé dans l’œil très tôt dans la journée. Peut-être parce qu’il nous rappelait notre propre Cannonball Knucklehead, qu’on avait nous aussi présenté une fois au Born Free. Ou alors parce qu’on pressentait que cette moto allait remporter le prix du “Best of Show”. D’une manière générale, il n’était pas si difficile que ça de s’extraire de nouveau de cet océan de motos. Sans doute parce qu’on sait très bien que l’an prochain, on mettra de nouveau le cap sur le Born Free 11, où on jettera l’ancre pour le week-end.